Chamber Works

Ana Dall’Ara‑Majek

sound artist | composer


Chamber and Orchestral Works

Mosaïque 9

Lux Operon

Là-bas, ici

Alice Complice

Air

Echos de l'Invisible

Flussikhhh

Sept Mimes Messagers

Ubukho

 



Mosaïque 9
for flute, saxophone, piano, percussion, visuals and electronics

2019.02.06
Premiere by Whim (Ofer Pelz and Preston Beebe) and Ensemble AKA (Mariléne Provencher-Leduc and Tommy Davis) (QC)
Tanna Hall, Montreal (CA)



 

 



Lux Operon
for saxophone quartet, lights and electronics

2018.05.31
Premiere by Quasar (QC)
Amphithéâtre du Gesù, Montreal (CA)




Dans l’obscurité des abysses marins, les créatures bioluminescentes scintillent pour attirer leurs proies, éclairent pour se guider, ajustent leur propre luminosité pour se camoufler dans le paysage, ou créent de prodigieuses symphonies de couleurs pour attirer leur congénères. Tout cela est rendu possible grâce à des réactions chimiques, et notamment grâce à de subtiles combinaisons de gènes dans la partie de l’ADN qui produit les protéines luminescentes.

Je me suis inspirée de cette idée de combinatoire pour écrire la pièce Lux Operon sous la forme d’un jeu qui permet aux musiciens de créer leurs propres enchaînements de couleurs lumineuses, à une échelle microscopique comme macroscopique. Ainsi, la pièce est un environnement « ouvert » à l’intérieur duquel les musiciens jouent pour gagner l’opportunité de réaliser leurs mélodies colorées personnalisées, ou pour décider du déroulement de l’œuvre selon un choix de quatre « partitions de couleur ».

Cette pièce est aussi une recherche sur la manière d’articuler un langage sonore et un langage lumineux en un tout cohérent. Composer avec un système lumineux m’a permis de créer une variété d’interactions où le son réagit à la lumière et inversement, où son et lumière évoluent en contrepoint, et où le jeu des musiciens sur leur instrument « luminescent » crée des reflets portant en eux leurs propres motifs.

Remerciements au Centre for Interdisciplinary Research in Music Media and Technology, au saxophoniste Alfredo Mendoza, et au photographe André Parmentier, pour l'inspiration et pour l'appui logistique et humain dans la réalisation de ce projet.



 



 



Là-bas, ici
for six percussions and live electronics

2016.03.30
Premiere by Percussions de Strasbourg (FR)
MSH Paris-Nord, Saint-Denis (FR)
1st Prize - Prix Marcelle 2016 for Les Larmes du Scaphandre (CA)
Finalist at Destellos Competition 2017 (AR)




Cette pièce propose la version musicale d’une lettre. Celle que Hans adresse à Sophie, inspirée librement de l’œuvre littéraire Petits Fantômes Mélancoliques : Contes autistes de l’auteure québécoise Louise Bombardier. Hans fait le “dysfonctionnel” et attend “ici, dans son pays” tandis que Sophie “qui jamais ne plie” vit dans les rebords des fenêtres. À des kilomètres de distance, ils observent tous deux la pluie qui tombe à l’extérieur et dont l’étrange musicalité fait divaguer leur imagination. L’œuvre explore les correspondances rythmiques et timbrales entre la voix chuchotée, le jeu des percussions et la partie électroacoustique. Elle cherche à mettre en relief les zones d’ambigüités entre source réelle et source virtuelle. Le jeu instrumental s’articule entre errance et systématisme, en tant qu’illustration respectivement des rêves et des troubles obsessionnels des deux personnages. Le traitement en temps réel se pose comme la métaphore de l’extension perceptive des autistes, c’est-à-dire ces choses qui existent, qu’ils perçoivent, mais que nous sommes incapables de voir. Enfin, la voix est traitée comme un instrument à vent et à percussion: des bribes de phrases servent à créer des jeux avec les formants, et des bruits de bouche génèrent une sorte de human beatbox qui fait le contrepoint aux percussions.



 



 



 

Alice Complice
Second version for 2 saxophones, prepared piano and electronics

2014.05.25
Premiere by Alfredo Mendoza (saxophone), Jean-François Guay (saxophone) and Emmanuel Filet (piano)
E-buzz, Salle Claude Champagne, Montreal (CA)
1st Prize - Prix Marcelle 2016 for Les Larmes du Scaphandre (CA)
Part of album Air - Kohlenstoff Records

Alice Complice
First version for clarinet, saxophone, prepared piano and electronics

2014.05.21
Commission by Taller Sonoro (ES)
Premiere by Taller Sonoro Ensemble
Teatro Central, Sevilla (ES)



Alice est un des personnages autistes des Petits Fantômes Mélancoliques de Louise Bombardier. Dans le conte, Alice décrit ses points de vue et comment elle se rend complice de meurtres en série commis par sa propre mère. Impressionnée par le ton à la fois léger et fantaisiste des personnages qui décrivent les pires horreurs, j'ai imaginé une mise en scène musicale qui reprend avec humour l'ambigüité de la violence dans la douceur, de la tendresse dans le crime. La composition musicale présente ainsi quatre tableaux reprenant chaque moment du conte, et illustre ses univers contradictoires d'où émergent ça et là des mots susurrés inspirés du texte. A côté des musiciens qui ont un corps sur la scène, la partie électroacoustique représente cette "perception" que l'on ne voit pas mais qui existe néanmoins. Elle se pose ainsi comme la métaphore du monde hyper-sensoriel de ces petits autistes, qui ont conscience d'une réalité au-delà de nos sens, au-delà même de notre entendement.

2016:05:04 Alice Complice @ Recital Geneviève d'Ortun, Salle Claude Champagne - Montreal (CA)
2015:07:11 Alice Complice @ SaxOpen World Saxophone Congress and Festival - Strasbourg (FR)
2014:05:21 Alice Complice, Spanish Premiere by Taller Sonoro @ Teatro Central - Sevilla (ES)
2014:04:28 Alice Complice @ Café Résonance, GICEM - Montreal (CA)
2014:04:25 Alice Complice @ E-Buzz - Montreal (CA)



 



 



Air
for 4 recorders and tape

recorded in 2014, Marols Cie (FR)
Part of album Air - Kohlenstoff Records





 



 




Echos de l'Invisible
for flute, soprano sax, baryton sax, cello, doublebass, guitar, harp, piano, percussion and tape

2012.04.01
Premiere by Ensemble La Machine, dir: Cristian Gort (CA)
Négatifs-Mécanique, Sala Rossa, Montréal (CA)



Echos de l’invisible est une pièce qui joue avec l’infime, le quasi imperceptible. La base de travail s’est réalisée à partir des enregistrements de petits objets qui chutent en se fracassant sur des obstacles. Chaque éclat, chaque changement d’état ou déplacement d’un milieu à un autre, a ensuite été traduit musicalement. Dans sa structure générale, la pièce illustre donc le parcours mouvementé d’un objet rebondissant contre différentes surfaces, son plongeon dans l’eau et sa lente immersion vers un fond encore semé d’embûches. À un degré plus subtil, la pièce explore un jeu de séquences entre des types de résonances (naturelles, entretenues, accidentées, pures…) qui se renouvèlent au sein d’un schéma rythmique macroscopique. On peut le penser comme une « danse de résonances ». Enfin, l’écho est l’idée directrice de l’oeuvre: il s’agit de l’ensemble des émergences imprévues qui naissent de la résonance, telle l’existence qui surgit du néant…



 



 




Flussikhhh
for mezzo-soprano, flute, clarinet, cello

2012.02.03
Premiere by Lunatics At Large (USA)
Utopia Experimental Music, WNP Concert Hall, New York (USA)
score available at BABEL SCORES





 



 




Sept Mimes Messagers
for string orchestra

2011.10.15
Premiere by Orquestra Joves Musics del Vallès, dir: Pedro Pardo (ES)
Festival di Nova Musica, Auditorio Enric Granado, Lleida (Spain)
3rd Prize - Sincrónic International Composition Competition 2011
score available at BABEL SCORES



Pour chaque partie du monde, un mime divertit les petits enfants avec une série de mimiques qui sont transformées en gestes musicaux:
I - Dilluns : le mime catalan du lundi
II - Tríti: le mime grec du mardi
III - Keskiviikko: le mime finnois du mercredi
IV- Dydd Iau: le mime gallois du jeudi
V- Pyatnitsa: le mime russe du vendredi
VI- Samedi: le mime français du samedi
VII- Nichiyobi: le mime japonais du dimanche.



 



 




Ubukho
for saxophone soprano and 4-track tape (7:50)

2010.05.01
Premiere by Alfredo Mendoza
La Nuit de la Création, Fonderie Darling, Montreal (Canada)
Part of album Air - Kohlenstoff Records
Part of album Ahuatzin





Deuxième opus d’un ensemble d’œuvres inspirées de la musique Xhosa, cette pièce présente une compétition d’espaces entre l’instrumentiste et les haut-parleurs. Elle explore différentes modalités: localisation, diffusion, espace intime, grandiose, confiné, étendu, etc., à travers un principe d’écriture de séquences alternées poussé à bout. La musique évolue ainsi dans un jeu brutal de contrastes et de collants qui sautent, transposant à l’instrument l’idée de la coupure aux ciseaux sur la bande magnétique. Ubukho signifie le réservoir, ici, un bassin de notes dans lequel le musicien puise son jeu. Ubukho évoque aussi l’idée de la présence d'une entité gigantesque, invisible et imprévisible à côté de l'instrumentiste, et avec qui elle va tisser un dialogue surnaturel.